top of page

DÉCLARATION CGT COMITE SOCIAL ET ECONOMIQUE




Razzia sur les actions Schiphol

Dans le cadre de la fin du partenariat entre Schiphol et ADP, Aéroports de Paris a récupéré une petite partie des actions détenues par les Néerlandais, soit 300 000 actions. Dans sa grande mansuétude, la direction a décidé d'octroyer à chaque ayant droit (environ 6000 personnes) 3 actions gratuites et de les abonder de façon unilatérale. Après abondement le nombre d'actions détenues par chaque salarié serait de 8. Soit un total de 48 000 actions ! Que deviennent les 252 000 actions restantes ? Elles seront distribuées dans le cadre d'une Offre Réservée aux Salariés (ORS).


C'est la vision de la direction concernant le partage des valeurs. Après décote (maximum légal 20 %), il faudra débourser 4/5ème du montant de chaque action pour en acquérir. Au passage, ADP récupère une bonne partie du montant des actions.


Pourtant, au moment où le faible montant de la participation a été annoncé, la direction nous avait fait miroiter une rétribution de nos efforts par ces actions gratuites. Ce que la direction n'avait pas dit c'est que bien qu'ayant la possibilité de distribuer gratuitement la totalité des actions récupérées, soit 50 actions par salarié (environ 7000 €), elle préfère nous donner des miettes et nous faire payer ce qu'elle a eu pour presque rien… et encore seulement pour celles et ceux qui en auront les moyens !


Et, le gouvernement, dans son projet de loi pour permettre d'ouvrir une plus grande portion du capital aux salariés, veut augmenter le plafond de cession d'actions gratuites de 30 % du capital social à 40 %. Et dans une entreprise où l'Etat est majoritaire, il n'est même pas capable d'en distribuer 13,5 % (ce que représentent les 300 000 actions). La direction laisse croire qu'une négociation est ouverte alors qu'elle a d'ores et déjà fixé le nombre d'actions à distribuer. C'est un jeu de dupe.


Cette opération n'est qu'un coup de communication de plus du PDG. La réalité ce sont toujours les mêmes méthodes :

- Un autoritarisme dans ses choix et ses décisions qui ne sont jamais discutables

- Son refus de répondre aux revendications des organisations syndicales sur l'augmentation des salaires et les versements de compléments d'intéressement et de participation.

Ne nous laissons pas berner par ce jeu de dupes !


bottom of page